Ami de l’égalité
Accueil > Problèmes de la paix > Le pacifisme, concrètement > Discours de paix à Argentat (Corrèze)

21 septembre, Journée de la Paix

Discours de paix à Argentat (Corrèze)

prononcé le 25 septembre 2010 devant l’Arbre de la Paix

mercredi 29 septembre 2010, par Jean-Pierre Combe

- Mesdames, Messieurs,
- Il y a huit ans, l’ONU et l’UNESCO ont décidé que désormais, chaque 21 septembre serait la Journée internationale de la Paix. En Corrèze, cette "Journée" s’étend cette année sur une semaine.

- En effet, dès 2002, le Mouvement de la Paix et d’autres associations avaient décidé de planter des Arbres de la Paix. Nous en avons d’abord planté à Brive, puis à Tulle, Ussel, Argentat et Malemort. Cette année, nous avons planté deux arbres, à Saint-Chamant et à Forgès. Cela nous conduit à donner au 21 septembre plus de vingt-quatre heures !
- L’élan pour planter des Arbres de la Paix ne faiblit pas, au contraire : c’est que la conscience de la Paix progresse dans la population ; c’est une très bonne chose, parce qu’il ne suffit plus, il ne suffit pas de dénoncer l’hécatombe de victimes innocentes que font les guerres, même en rappelant que ceux qui causent les guerres et en tirent leur profit n’en meurent jamais !
- La conscience de la paix progresse dans toute la mesure où nous prenons conscience de ce que la paix est nécessaire à la vie sur Terre et à sa continuation. Dès lors se pose le problème de faire la Paix, la vraie Paix, la Paix que nous saurons faire durer.
- La Paix ne se décrète pas : ses progrès résultent de l’effort quotidien de chaque personne dans sa famille, dans son village ou son quartier, et de l’extension de cet effort jusqu’à la ville, jusqu’au pays puis jusqu’au monde entier.
- La Paix n’est pas l’absence de conflits : la paix résout les conflits sans recourir aux affrontements violents ; l’histoire des dix-neuvième, vingtième et du début du vingt et unième siècle le montre : la guerre, qui est l’affrontement violent des forces de destruction, ne résout pas les conflits.
- Les pacifistes pensent et disent une chose simple : en cas de conflit, commençons par négocier, au lieu d’y être contraint par l’épuisement des forces ! Ces forces que la guerre épuise, c’est en temps de paix qu’elles sont constituées, AU DÉTRIMENT DE NOS MOYENS DE VIVRE et à des prix pharaoniques. Voici quelques chiffres pour bien mesurer cela :
- Au cours de l’année 2009 ont existé 17 conflits majeurs, un peu moins que les années précédentes, mais malgré cela les dépenses militaires ont augmenté de 65% par rapport à 2008. Elles s’élèvent maintenant à plus de 1500 milliards de dollars.
- Si les Etats-Unis d’Amérique sont largement en tête pour les dépenses d’armement, la Chine et la France suivent dans cet ordre. La France dépense 63 milliards de dollars pour préparer les guerres. C’est énorme, pour un pays comme le nôtre, alors que nos besoins essentiels ne sont pas satisfaits.
- Il faut savoir qu’un quart des dépenses militaires mondiales suffirait à résoudre les gros problèmes de la planète : la faim, l’enseignement, l’eau, le logement, la santé et bien d’autres... Cette situation ne peut plus durer. Jean Ziegler, ancien rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, nous le dit : « La planète pourrait nourrir plus de 10 milliards d’êtres humains, hélas ! elle a du mal à nourrir les 6 milliards actuels ». Des millions d’enfants en particulier périssent de malnutrition.
- C’est pourquoi l’ONU et l’UNESCO ont prononcé l’exigence de la Culture de Paix, comme moyen pour les populations d’affronter tous ces problèmes :

  • Il faut faire vivre la Culture de Paix chaque jour, dans tous les domaines de la vie quotidienne ;
  • il faut changer les thèmes selon lesquels sont animés le cinéma, le théâtre, la télévision, l’internet ;
  • il faut apprendre à parler sans haine et sans invoquer la violence ;
  • il faut apprendre à respecter le sport et les sportifs et cesser de croire et de faire croire que la violence ferait partie du sport ;
  • il faut condamner l’emploi des armes, réduire leur fabrication et faire cesser la fabrication des armes nucléaires (jugées hors la loi par la cour de La Haye).

- Chacun de nous peut prendre sa part de cet effort. Sachons convaincre nos enfants de préserver la planète, pour préserver leur propre avenir.
- Devant cet arbre et depuis plusieurs années, nous tous, grands et petits, renouvelons notre engagement d’agir

  • pour que les gouvernements négocient d’abord lorsqu’ils sont impliqués dans un conflit,
  • pour réduire les crédits militaires,
  • pour que l’arme nucléaire soit abandonnée : rien n’empêche la France de le faire la première, sans attendre que les autres puissances nucléaires fassent de même ! Ce geste unilatéral et inconditionnel aurait toute chance d’être appuyé et relayé par un mouvement de la conscience universelle !

- Nous voulons faire de notre planète un monde de plus en plus solidaire, sans guerres et sans armes nucléaires où nos enfants pourront s’épanouir.
- Ce n’est pas une utopie, c’est le seul moyen de sauver l’humanité.

- Josette Bertrande, au nom du Comité du Mouvement de la Paix de la Corrèze

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0