Ami de l’égalité
Accueil > Problèmes sanitaires > comprendre comment l’épi-pandémie finira

Observer aujourd’hui pour

comprendre comment l’épi-pandémie finira

8 décembre 2021

jeudi 9 décembre 2021, par Jean-Pierre Combe

Je viens de constater que malgré et contre la propagande officielle qui prétend nous faire accroire qu’il n’y a pas de traitements contre le Covid (en-dehors des quatre produits expérimentaux abusivement appelés vaccins) de tels traitements circulent : il s’agit de l’hydroxychloroquine, de l’ivermectine, de l’artémisine notamment que l’on peut se procurer par le moyen d’Internet, et que quelques pharmacies n’hésitent pas à vendre.

Il est vrai que si ces médicaments ont été un temps interdits par le gouvernement (on se rappelle le scandale soulevé par la publication mensongère d’une étude condamnant l’hydroxychloroquine publiée par la revue médicale « le Lancet » - mais on n’a généralement pas entendu parler du fait que cette revue avait retiré cette étude de ses publications quelques semaines après l’avoir publiée), l’interdiction me semble bien avoir été levée il y a quelques mois (mais de cela non plus, la presse d’argent n’a pas parlé !...).
Les Français qui ont recours à ces médications ne sont pas rares, et nous devons penser que si les dégâts du Covid diminuent régulièrement depuis un an, cette diminution a plusieurs causes dont les effets sont inégaux :

  1. La première cause est le déroulement naturel de l’épidémie, qui, comme toutes les épidémies, a un début, un maximum et une fin : cette cause est la principale pour l’année 2020, qui a vu se succéder sur notre territoire deux épidémies de Covid, toutes deux terminées alors qu’aucun vaccin n’était disponible sur notre sol (sauf l’auto-vaccination par la maladie elle-même, évidemment).
  2. La deuxième cause est la mécréance des Français, dont beaucoup ont refusé de croire à l’inexistence de toute possibilité de se soigner en l’absence de vaccin, et ont eu recours aux remèdes de nos grand-mères et des anciennes infirmeries militaires de campagne, qui bien évidemment aujourd’hui, se sont avérés efficaces !...
  3. La troisième cause est la circulation sous le manteau (comme on disait dans les stalags où étaient enfermés les prisonniers français de la deuxième guerre mondiale) des médicaments que notre gouvernement a d’abord (dès la fin du printemps 2020) tenté d’interdire en France, l’hydroxychloroquine et l’ivermectine, ainsi que d’autres médications plus discrètes...
  4. L’effet du lavage systématique des mains (à l’eau savonneuse) a été notable ; celui du port du masque a été très limité ; les autres « gestes barrières » avaient l’effet qu’avaient au Moyen Âge les signes de croix et les processions contre les calamités sanitaires telles que le « Mal des Ardents »... notons que la recommandation d’éternuer dans son coude est une véritable escroquerie : éternuer dans son coude, c’est tout aussi hygiénique que de se moucher dans sa manche !
  5. Rien ne prouve que la « vaccination » ait contribué le moins du monde à diminuer l’extension de la contagion ni à limiter l’épidémie...

En vérité, nous mettrons fin à cette épidémie lorsque tous les médecins auront récupéré leur liberté de prescrire et lorsque le gouvernement cessera de se croire investi de la mission médicale que rien, dans notre Constitution ne lui permet d’assumer !...
Je crois pouvoir conclure que les mesures de restriction de nos libertés que s’acharne à prendre le gouvernement présidé par Monsieur Macron ont pour effet principal de prolonger, de faire durer la crise dans notre pays !...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0