Ami de l’égalité
Accueil > Textes > Gabriel Péri

Gabriel Péri

Dernier ajout : 12 décembre 2006.

- Gabriel Péri adhère à l’organisation des Jeunes socialistes (JS) de Marseille à 15 ans, en 1917 ; dans le débat provoqué par l’appel à la formation d’une Internationale communiste lancé par le Parti bolchévique en août 1918, et qui mobilise la classe ouvrière française en bouleversant le Parti socialiste Section française de l’Internationale ouvrière (PS-SFIO), Gabriel Péri prend parti avec son groupe des Jeunesses socialistes pour l’adhésion du Parti socialiste à l’Internationale communiste.
- Une campagne de presse agitant un prétendu "complot bolchévique" et citant son nom, la police puisant sans vergogne dans cette campagne de mauvaises raisons de réprimer, Gabriel Péri connaît bientôt la prison.
- Libéré, il écrit dans Clarté, fondé par Henri Barbusse, dans l’Avant-Garde, publié par les Jeunes communistes ; il devient journaliste à l’Humanité dès 1924, membre du Comité central en 1929, député en 1932, président de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des Députés ; la dissolution du PCF le plonge dans la clandestinité en août 1939.
- Déchu de son mandat de député le 21 janvier 1941, il est poursuivi avec 43 autres élus communistes pour avoir reconstitué le parti communiste dissout sous le nom de "Groupe Ouvrier et Paysan" ; avec huit de ses camarades, il est jugé par contumace et condamné à mort, en avril 1941, en vertu du décret édicté et promulgué par le ministre Georges Sérol, membre du PS-SFIO.
- Dénoncé, il sera arrêté le 18 mai 1941 par la police française ; une décision de compétence gouvernementale inscrira son nom sur une liste d’otages livrés aux occupants ; le ministre compétent était Pierre Pucheu ; Gabriel Péri sera fusillé le 15 décembre 1941 dans les fossés du fort du Mont Valérien.
- La mort de Gabriel Péri et celle de Catelas établissent une inquiétante continuité entre le dernier gouvernement de la "Troisième République" française et celui de l’Etat français que gouvernaient Philippe Pétain et les siens au service de l’occupant raciste (nazi et fasciste).

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0