Ami de l’égalité
Accueil > Problèmes de la révolution > Un mouvement contre-révolutionnaire radical, le racisme > Rien que la vérité, sinon, ce n’est pas la vérité !

Rien que la vérité, sinon, ce n’est pas la vérité !

mercredi 4 mars 2015, par Jean-Pierre Combe

- Lundi 2 mars en début de soirée, FR3 diffusait un film consacré à la division SS Das Reich.
- Ce film contient et illustre quelques vérités générales, en les jalonnant d’une série de contre-vérités ; parmi ces contre-vérités, j’ai relevé les suivantes :

  • La division Das Reich aurait été la « meilleure » des divisions SS, l’élite de l’élite des armées allemandes ; c’est faux : la division Das Reich était une division SS parmi les autres divisions SS, ni plus, ni moins !
  • Sur le front de Normandie, la présence de la division SS Das Reich aurait été le facteur pouvant changer le cours de la guerre ; c’est faux : le changement du cours de la guerre consistait dans l’effondrement de la capacité de combattre des troupes alliées débarquées, et si cet effondrement avait eu lieu, il n’aurait certainement pas résulté du seul engagement de la division SS Das Reich, mais du combat de toutes les troupes allemandes engagées pour les repousser !
  • A Combeauvert, en Creuse, la « compagnie » SS commandée par le « major » Kämpfe serait tombée dans une embuscade des FTP ; c’est faux : son régiment avait été envoyé par la division aider une unité de la Wehrmacht à reconquérir Guéret ; la mission du régiment était d’interdire aux forces de la Résistance de se retirer de Guéret en direction de l’ouest ; pour exécuter cette mission, le régiment avait placé la « compagnie » Kämpfe à Combeauvert, face à la direction de Guéret ; c’est donc elle qui tendait l’embuscade, et qui a fusillé, puis écrasé sous les chenilles de ses véhicules les hommes qu’elle a arrêtés ; or, ces hommes étaient désarmés : c’étaient des jeunes qui cherchaient à rejoindre le maquis, mais n’avaient pas encore trouvé la liaison !
  • Le « major » Kämpfe aurait été fusillé sur l’ordre de Georges Guingouin : c’est faux : il a bien été capturé par les FTP, mais les spectateurs du film ignoreront, s’ils ne se renseignent pas ailleurs, que ce fut le 9 juin à la tombée de la nuit (c’est-à-dire vers dix heures en temps universel), et que les FTP qui l’ont capturé n’étaient pas subordonnés à Georges Guingouin !
  • La décision de brûler Oradour et tous ses habitants aurait été prise en représaille de la capture du « major » Kämpfe ; c’est faux : la décision de détruire Oradour a été prise par un officier SS en consultation de deux cadres de la Milice, à Saint Junien le 9 juin vers les quatre heures de l’après-midi (en temps universel), soit six bonnes heures avant la capture de Kämpfe !

- S’il est vrai que le commentaire du film diffusé lundi soir informe le spectateur que la division Das Reich a été engagée dans la bataille de Koursk en renfort de la Wehrmacht et qu’elle y a été détruite comme division, s’il est vrai que ses images illustrent bien les massacres terroristes de masse opérés par les divisions SS contre l’Union soviétique et contre la Résistance, ses images les plus lourdes de sens montrent la participation de la division Das Reich aux combats de Normandie ; il s’en dégage une nouvelle contre-vérité : l’idée que la division SS Das Reich était une force de combat qui a été utilisée pour répandre la terreur, alors que la définition des unités SS faisait de chacune d’elles une force armée terroriste susceptible d’être employée en renfort de la Wehrmacht, au cas où celle-ci en aurait besoin pour combattre l’armée ennemie.
- Ce film véhicule une autre série de contre-vérités : il prétend que le service britannique d’opérations spéciales (le SOE) assignait ses objectifs à toute la Résistance, il réduit à presque rien le rôle du général De Gaulle, du Comité français de la Libération nationale (CFLN), il ne fait aucune mention du Conseil national de la Résistance (CNR) ; il présente le Parti communiste français comme une force poursuivant ses propres objectifs, c’est-à-dire étrangère : or, cette présentation du parti communiste français est tirée de l’idéologie nazie (« Kommunist, pas français », disait un fusilleur de Châteaubriant).
- Que visent les auteurs de ce film ? Que visent ceux qui en font la propagande ?
- Le fait est qu’ils propagent un récit des évènements historiques contraire à la vérité de l’histoire : ils portent préjudice à notre conscience de notre histoire !
- Or, si nous perdons cette conscience, qui en tirera le profit ?
- L’histoire, justement, nous répond : réécrire l’histoire pour en effacer la vérité, cela profite toujours aux forces réactionnaires les plus violentes, à toutes les formes du racisme, au nazisme, au fascisme : c’est en réécrivant l’histoire que le racisme (le nazisme, le fascisme ou quel que soit le nom qu’il se donne) place dans un pays les bases à partir desquelles il va se développer : le racisme, c’est un système idéologique fondé sur le mensonge… !
- Lutter pour la vérité de l’histoire est compliqué, mais c’est nécessaire :

la vérité est l’arme qui vainct le fascisme !

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0