Ami de l’égalité
Accueil > Problèmes de la révolution > La révolution, concrètement > Parfois, nos journaux télévisés laissent passer quelque vérité

Parfois, nos journaux télévisés laissent passer quelque vérité

dimanche 20 avril 2014, par Jean-Pierre Combe

- Hier, ils avaient dépêché une ou un de leurs journalistes sur les barricades du Donbass, et voici ce que j’ai vu dans leurs bulletins d’information :

- Une discussion avait lieu dans la rue, en présence d’une vingtaine de personnes ; un homme dit qu’il veut que « les occupants russes s’en aillent » ; aussitôt, un autre s’est senti visé ; il est habillé tout comme celui qui vient de parler et, entendu depuis la France, il parle avec le même accent ; il s’écrie : « mais où ils sont les occupants russes, où sont-ils ? »
- Dans une autre rue passe une vieille dame ; elle dit : « Ce sont les oligarques dont nous ne voulons plus : tous ces oligarques, ils ont pris tout notre argent et ils ne le réinvestissent pas dans l’économie ! Nous n’en voulons plus ! »
- Ce que dit la vieille dame est important : Ianoukovitch, le dernier président de l’Ukraine, et Timochenko, qui a gouverné elle aussi, sont des oligarques, et c’est parce qu’ils étaient des oligarques qu’ils ont gouverné !
- En un autre lieu, un autre groupe discute : l’un d’eux dit : « Nous rejetons l’autorité du gouvernement de Kiev ; nous voulons être autonomes par rapport à lui : nous savons travailler et produire de l’argent, nous voulons garder notre argent et refusons que les poutchistes de Kiev nous le prennent ! »
- Encore un autre carrefour : un homme, porteur d’un fusil d’assaut et cagoulé, se plante devant la caméra ; il dit : « s’ils veulent tirer, voici ce que je ferai », et il relève le masque de son passe-montagne, découvrant son visage ; « voilà ! » ; son geste n’est même pas théâtral ; il a la quarantaine bien dépassée ; il a évidemment cessé tout entraînement militaire depuis au moins vingt ans ; je lui trouve, qu’il m’en excuse, une bonne bouille d’ouvrier, peut-être de mineur, qui attire ma sympathie.
- Je pense que le peuple habitant l’Ukraine peut, autour de telles femmes et de tels hommes, il en existe dans toute l’Ukraine, retrouver l’unité qui fut la sienne pour combattre l’invasion de l’empire raciste européen, de 1941 à 1945, et pour la vaincre : il faut l’y aider et pour cela, dénoncer et combattre la politique des gouvernements de l’Union européenne, qui ont chaussé les bottes des gouvernements nazi, fasciste, franquiste, horthyste et autres racistes d’alors !...

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0