Ami de l’égalité
Accueil > Problèmes de la paix > Le pacifisme, concrètement > Le Collectif Maquis de Corrèze confirme qu’il est dans la tradition (...)

Le Collectif Maquis de Corrèze confirme qu’il est dans la tradition pacifiste du Mouvement de la Paix

Le Mouvement de la Paix donne rendez-vous à Lissac-sur-Couze le 9 octobre 2016

jeudi 1er septembre 2016, par Jean-Pierre Combe

La paix, c’est notre tradition !

Lorsqu’en 1945 est venue la fin de la guerre, nos Résistants éprouvaient un sentiment de victoire qui n’effaçait pas le rejet des guerres profondément inculqué à notre peuple par les souffrances et les pertes endurées lors de la première guerre mondiale.

Au contraire, notre refus de la guerre s’est considérablement accru devant les crimes terroristes, crimes de guerre et crimes contre l’humanité dont les pendaisons de Tulle et le massacre d’Oradour-sur-Glane ne sont que deux exemples, commis au cours de la guerre par les forces armées nazies (SS et Wehrmacht) et fascistes.

La guerre terminée, ces crimes ont transformé notre refus des guerres en une volonté d’agir pour empêcher leur retour ; c’est ainsi que dès le lendemain de la guerre, des Résistants appelaient les Français à former un Mouvement de la Paix ; que comme beaucoup de nos compatriotes, nous faisions signer l’appel de Stokholm qui exigeait l’interdiction des armes atomiques, et dont l’immense succès de par le monde marquait la fondation du Mouvement mondial de la Paix ; que nous refusions la création de l’OTAN, que nous combattions la guerre de Corée ; c’est ainsi que pour nous, les textes du tribunal international de Nuremberg, qui fixaient la définition des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre et condamnaient quelques-uns, parmi les plus connus, des coupables de ces crimes commis entre 1939 et 1945, énonçaient des vérités évidemment nécessaires qu’il nous a d’ailleurs fallu rappeler depuis à plusieurs reprises.

Cette même volonté de faire œuvre de paix avait animé le CNR au cours des mois pendant lesquels il rédigeait le programme finalement adopté dans sa séance du 15 mars 1944 et aussitôt publié sous le titre les Jours heureux.

L’œuvre de paix de ce programme, c’est la condamnation des institutions de la troisième République, des trusts de la presse et des ententes bancaires et industrielles qui avaient conditionné la politique de notre pays, se rendant coupables de le conduire jusque dans la guerre et la kollaboration avec l’Allemagne nazie ; c’est la condamnation de ces puissances, les mesures proposées pour les briser, afin d’ouvrir à notre pays, dans tous les domaines de l’économie et de la culture, la possibilité d’un développement national indépendant, puissant, harmonieux et contrôlé par notre peuple, c’est-à-dire démocratiquement.

Lisez ce programme et vous constaterez que la culture qu’il initie est une culture de paix !

Voilà pourquoi nous, membres du Collectif Maquis de Corrèze, saluons l’initiative du Mouvement de la Paix de la Corrèze et nous joignons à elle, afin de retrouver et de trouver dans cette marche pour la Paix des femmes et des hommes aussi soucieux que nous d’assurer la Paix.

Le 30 août 2 016

1 Message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0