Ami de l’égalité
Accueil > Problèmes de la paix > Le pacifisme, concrètement > L’internationale du paysan travailleur

L’internationale du paysan travailleur

mardi 11 avril 2017, par Jean-Pierre Combe

L’internationalo del laboureur

Premier couplet :

Livas-vous domnas di lo terro,

Livas-vous lous crebos-di-fons !

Pus d’isclavis, pus dis misèro

Y o dis po per tous lous éfonts.

Di souffrir li peupli si lassi,

Ouvriers, païsans, livans-nous !

Aux mercantis fosins lo chasso,

aux tyrans o tous lous leïrrous !

Refrain (deux fois) :

Quey lo lutto finalo

Tous lo mo dins lo mo !

Per lo socialo

Votorins tous dimo !

Deuxième couplet :

Tous lous leïrrous di lo fortuno

Sount sénotours o députas,

Aou pona lo caïssou coummuno

Dous païsans, dous déshéritas,

Aux vouleurs forin rendri gorzo,

Si lou païsans sabou vota,

Bolizorins touto lo hordo,

Transformerins lo sociéta.
(au refrain)

Troisième couplet :

Lo réaction, touto lo cliquo,

Qu’o vota li di tris ans,

Volou istrangla lo Républico

Volou l’istouffa dins lou sang.

Quey lo Républico bastardo

Daous cafards et daous galounas !

Païsans, si y prini pas gardo

Lo guerro, l’Empiro vont tourna !
(au refrain)

Quatrième couplet :

Peupli, lo guerro quey lo ruino !

Quey lou carnazi, quey lo mort,

Quey lo pesto, et lo famino,

Quey, dins las famillas, lou dor,

Volins lo pax universello

Voulins pus qui nostri garçous

Aillous sur los sons dis bataillos

Si fa tua coumo daous moutous !
(au refrain)

Cinquième couplet :

Peupli, supprimans las frontièras,

Lous reybilis, lous maréssaous,

Your forin cossa dis las peirras,

L’Etat-major, los zénéraous,

Your beylorins dis los mossitas,

Ottoquorous, mossocroous,

Quand si faraous dis las impoulas

In your sabris las tronçoroous !
(au refrain)

Sixième couplet :

Nostras damas di lo Croix-Rouze

Qu’aous tant d’amour per lous blossas,

Your forin fiola lo quenouillo,

Di la lano per lous chaussas,

Lous soignorins o lo cuisino !

Quand your portorez lous chaoussous

Per vous remercia di lo pino

Lous gas vous foront un poutou.
(au refrain)

Septième couplet :

Quand Marianno aoura fa buzado,

Qu’auro juza tous los bandits,

Y auro pus l’attaquo brusquado,

Tous lous peuplis vivront unis.

Marianno, lou zour di sa fiesto

Per l’omour di nostre Patrie,

Lou moundi entier forin lo vota

Aurins gogna lou Porodis.
(au refrain)

P.-S.

L’orthographe ci-dessus était traditionnellement employée par les habitants du Limousin lorsqu’ils écrivaient dans leur langue régionale ou dans le patois de leur canton ; au début du vingtième siècle, cet usage était peu fréquent sans être rare ; c’est à partir de la moitié du vingtième siècle qu’il s’est très rapidement affaibli pour pratiquement disparaître au début de son troisième tiers, vers 1970.

Ce qui a fait disparaître l’usage de la langue limousine comme l’usage de ses patois, donc aussi leur écriture, c’est la destruction de leur support humain qu’étaient ensemble la société rurale et son moteur, l’agriculture paysanne ; ce support humain a été d’abord affaibli par un demi-siècle d’exode rural ; puis, dès le début du troisième tiers du vingtième siècle, il était achevé par l’agriculture industrielle capitaliste, qui s’est totalement substituée à l’agriculture paysanne, et qui ne tolère aucune originalité humaine.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0